Rocks : le poids de la diaspora à Londres

LM Fiction de Sarah Gavron, Royaume-Uni, 2019 / Sortie France : 9 septembre 2020

Le cinéma social, engagé, mobilise bien au Royaume-Uni comme le confirment les succès publics de Ken Loach, Mike Leigh ou Terence Davies. Mais sur ce terrain occupé majoritairement par des hommes, la réalisatrice Sarah Gavron vient jouer avec pertinence. Cette femme fine, née en 1970, s’est sensibilisée au cinéma social en suivant ses études de cinéma dont une classe assurée par Stephen Frears.
Remarquée pour son premier long-métrage, Rendez-vous à Brik Lane, 2007, la réalisatrice blanche filme l’un des quartiers britanniques les plus multiethniques, avant de s’imposer aves Les Suffragettes, 2015, défendant des femmes en lutte, interprétées par Carey Mulligan, Helena Bonham Carter et Meryl Streep. Elle brasse ces sujets dans Rocks, 2019, qui s’attache aux péripéties d’une adolescente noire et forte.

Rocks a 15 ans, et des origines nigérianes. Elle vit avec sa mère et son petit frère Emmanuel, dans le quartier de Hackney, à Londres. Rocks assume ses rondeurs avec aplomb et se défoule avec ses copines de lycée. Le père est hors jeu alors la mère assure le quotidien vaillamment jusqu’à l’épuisement, puis la rupture. Rocks doit faire face, en gérant le foyer et l’ordinaire du remuant Emmanuel. Elle décompresse avec sa bande, composée de Sumaya, son amie proche, originaire de Somalie, Khadijah, d’une famille du Bengladesh, Sabina, la Gitane polonaise, Agnes, Britannique au teint clair, et Yawa, de parents congolais et ghanéens.
Elles se baladent, rigolent, se défient même pendant les cours. Mais les services sociaux, alertés par une voisine qui a remarqué l’absence de la mère, veulent récupérer Emmanuel pour le placer et la vie de Rocks se complique. Elle fuit avec lui, évite l’école, se fait héberger chez sa copine soudanaise. Mais le poids de la société s’affirme. Rocks ne peut échapper longtemps aux services sociaux qui coursent son petit frère. Après s’être isolée, elle trouve de nouvelles ressources auprès de ses copines qui lui proposent des lignes de fuite et des perspectives.

 

Lire la suite sur le site Africine.org

Share Button

Author: Michel Amarger

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.