Sauvages, au cœur des zoos humains, de Pascal Blanchard et Bruno Victor-Pujebet

Pendant plus d’un siècle, des hommes ont exhibé d’autres hommes en les présentant comme des sauvages. Plus d’un milliard et demi de visiteurs sont venus observer 35 000 exhibés à travers le monde. Au travers le parcours de six exhibés, le film raconte le phénomène des zoos humains. En diffusion sur Arte le samedi 29 septembre 2018 à 20 h 50, puis dimanche 30 septembre à 16 h 00, et disponible en replay jusqu’au 28 novembre 2018.

Ce qui passionne dans Sauvages, c’est qu’il permet de comprendre comment le racisme envers les colonisés est devenu populaire alors qu’il n’était au départ que scientifique. Du jardin d’acclimatation de Paris aux expositions universelles, des fêtes populaires aux villages indigènes reconstitués, ces colonisés étaient exhibés en tant que sauvages, fascinants étrangers que l’on forçait à singer des comportements et coutumes supposés les définir. Le succès de cette invention du primitif était énorme : on allait ainsi voir en famille l’ailleurs alors que le cinéma n’existait pas encore, et l’on s’en faisait une image faussée, méprisante et réductrice. Ces distractions à grande échelle en Europe dans ce que l’on regroupe sous le terme générique de zoos humains ont forgé une représentation qui avait en définitive pour fonction de légitimer l’aventure coloniale, c’est-à-dire la domination des grandes puissances sur les autres peuples du monde.

 

> Lire la suite sur le site d’Africultures

 

Share Button

Author: Olivier Barlet

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.